Mairie de Villepinte Site officiel de la commune

Église des XIIème au XVIème siècles

eglise_villepinte

L’ancienne église paroissiale se trouvait dans le village. Construite dans le courant du 7ème siècle, démolie par les Sarrazins vers 730, reconstruite au début du 9ème siècle jusqu'au 12ème siècle, sous la suzeraineté de l'abbaye de Sorrèze.

Ajoutons que durant la croisade contre le Catharisme, le village adhère à cette cause car son seigneur, et sa fille, deviennent d'inflexibles représentants de cette religion… à tel point que St Dominique s'y déplace en personne pour extirper l'hérésie.

Elle sera consacrée à Saint-Jean-Baptiste le 14 mai 1490. Vers la fin du 15e siècle ou au début du 16e, elle semble avoir été transférée à son nouvel emplacement, hors de l’ancienne enceinte fortifiée.

Il y avait là une chapelle rurale romane , elle même construite sur un ancien temple voué au culte de Diane, déesse des chasseurs, qui fut conservée et englobée dans le nouvel édifice flamboyant dont elle forme une absidiole. Il ne subsiste de cette ancienne chapelle, dite de la Roumenguière, que l’abside demi-circulaire et l’arc triomphal. Sont encore remarquables des vestiges de l'art profane : deux pattes de mouflon avec en leur centre les organes de la reproduction et, à l'intérieur de la chapelle, des cornes de mouflon.

La construction de la nef flamboyante ( 16,40 m de long sur 11,20 m de large pour une hauteur de 11 m) peut être considérée comme antérieure à 1502. Trois des chapelles sont contemporaines de la nef. La troisième au nord, couverte de liernes et tiercerons, est plus récente et paraît correspondre à une fondation de 1547.

Le duc de Joyeuse, combattant le protestantisme, finit par détruire ce bastion potentiel, en mai 1591, à coup de canons. Le bâtiment sera reconstruit puis consolidé en 1770 et en 1789, mais sans dépasser la hauteur de 17 mètres à cause de la fragilité de ses fondations.Une légende dira même que les habitants «ont vendu le clocher pour cent escargots », « A Vilapinta, an vendut lo cloquié per cent escagarots », .sans que soit clairement expliqué ce que les escargots viennent faire dans l’histoire…

Le clocher actuel, ainsi qu’un porche, ont été édifiés en 1807. Les voûtes à la Philibert Delorme ont été posées sur la nef en 1854. Le sanctuaire est pentagonal et éclairé par trois fenêtres flamboyantes. Le support commun aux arcs des deux travées de choeur du sanctuaire et de la chapelle de la Roumenguière, est un puissant pilier crucifère, composé de quatre colonnes engagées, séparées par quatre colonnettes. La colonne qui fait face à l’ouest n’a été posée que pour la symétrie, car elle ne reçoit aucune retombée.

La chapelle a été consacrée le 30 mai 1871 par Mgr de la BOUILLERIE, évêque de Carcassonne. La boite des reliques enfermée dans le sépulcre contient les reliques de deux vierges martyres Sainte Blandine et Sainte Colombe.
Le sanctuaire a été peint par le peintre OURTAL de Carcassonne dans les années 1880.

En 1991, grâce au leg de Jeanne ALRIC, a été réalisé la construction d'une couverture du clocher en tuiles plates vernissées, surmontée d'une croix et d'un coq en fer forgé, le clocher étant rehaussé d'environ 3 mètres.